ul

ump

Dans les DNA du vendredi 2 mars, on a pu lire que Marcel BAUER, Maire de Sélestat ne soutenait pas le mouvement de grève des salariés de AMCOR (entreprise qui réalise d’énormes bénéfices). Ces salariés revendiquent légitimement une hausse significative de leurs salaires.

Mais il y a peu de temps il apportait son soutien inconditionnel à Nicolas SARKOZY dans le cadre de l’élection présidentielle.

Ceux qui pensaient que le rôle d’un élu de proximi­té était, avant tout, de comprendre et de soutenir ses concitoyens en seront pour leur frais.

photo blog

Le Maire ne soutient pas les salariés de la plus grande usine de Sélestat qui revendiquent une hausse de 3,5 % de leur salaire, dans un contexte sans précédant de hausse des prix (loyers, éner­gie, produits de premières nécessité)... mais sou­tient un Président qui, dès son arrivée au pouvoir, s’est augmenté de 170% sans rien demander à personne.

Monsieur le Maire pense « qu’il ya d’autres moyens d’actions comme par exemple le dia­logue pour arriver à ses fins ».

La CGT partage ce que dit Monsieur le Maire. Connaissez-vous d’ailleurs une seule per­sonne qui accepte de perdre de l’argent dans une grève, par plaisir ?

Le problème c’est que si les salariés et leurs syndicats ont été obligés de passer par une action plus forte c‘est JUSTEMENT du fait que la Direction d’AMCOR refuse le dialogue et use de menaces pour arriver à ses fins.

Si Monsieur le Maire, au lieu de s’exprimer aussi « sommairement » dans la presse, avait eu la cour­toisie et le bons sens de se rendre devant l’usine pour rencontrer les salariés, il aurait appris tout cela.

En grand défendeur du dialogue, il aurait égale­ment pu expliquer comment il peut soutenir un Président qui n’a JAMAIS accepté l’idée d’un dia­logue quel qu’il soit.

Chacun se souvient malheureusement de la ma­nière dont il a contourné le vote des Français sur la constitution Européenne et, surtout, l’absence to­tale de dialogue dans le dossier de la réforme des retraites où, malgré des millions de manifestants qui ont défilé dans les rues de France durant des semaines, il a appliqué son projet injuste, au ser­vice des plus riches.

Monsieur le MAIRE, les salariés d’AMCOR ne de­mandent pas de croisière sur le Yacht de BO­LORE, ils ne demandent pas de tickets restaurant pour aller diner au FOUQUETS et ils savent qu’à 50 ans, ils ne possèderont pas de ROLEX.

Ils veulent simplement un ajustement de leurs revenus pour permettre à leurs familles de vivre dignement !

Chacun peut être rassuré...Ces 3,5% d’augmentation, ils ne l’investiront pas en bourse pour spéculer mais il sera dépensé dans les commerces de proximité...

JUSTE POUR VIVRE MIEUX...

Allons Monsieur le Maire, il n’est pas trop tard, ve­nez à la rencontre des salariés.

Vous pouvez même, si vous le souhaitez, tenter d’obtenir le dialogue que la Direction d’AMCOR refuse aujourd’hui aux salariés en grève. Nous sommes preneurs !