Souvenez vous nous avons licencié notre boss et mine de rien cette action à pris une ampleur nationale en passant par la presse locale à la presse nationale et même des chaines de télévision s’intéressent à cette actualité.

 

Pour preuve article repris dans :  

licencie patron

 

 

 

Des salariés de l'usine de fabrication d'emballages Amcor de Sélestat (Bas-Rhin) ont licencié symboliquement leur directeur aujourd'hui pour protester contre des propositions de revalorisation salariale jugées insuffisantes, ont indiqué leurs syndicats.

A l'appel d'une intersyndicale CGT-FO-CFTC, des salariés de cette usine, qui emploie plus de 400 personnes, avaient fait grève et bloqué pendant plusieurs jours le site la semaine dernière. Ils avaient suspendu leur action lundi pour permettre la reprise de la négociation salariale avec la direction.


"Aujourd'hui, la direction nous a proposé une revalorisation générale de 1,9%. C'est mieux que les 1,2% proposés au début mais ça reste largement insuffisant", a dit à l'AFP Jean-Luc Roque, délégué CFTC, expliquant que les syndicats réclamaient au minimum une augmentation de 2,5%.

Pour manifester leur mécontentement à l'issue de cette réunion de négociation, des dizaines de salariés de l'équipe de production de l'après-midi ont licencié symboliquement leur directeur.

 


"Nous lui avons lu une lettre de licenciement pour faute grave, et nous l'avons empêché d'entrer dans son bureau pendant plus d'une heure", a dit Gilles Weber, délégué syndical CGT. "A partir de cette nuit, nous allons faire des arrêts de travail d'une heure par équipe avant de décider de la suite de nos actions", a-t-il ajouté.



La direction du site n'a pu être jointe par l'AFP mercredi soir. Le groupe australien Amcor emploie quelque 440 salariés à Sélestat, dont 300 en production. Selon les syndicats, la quasi-totalité des équipes de production ont participé à la grève.

afp

Une quarantaine de salariés de l’usine Amcor Flexibles de Sélestat, en conflit avec leur direction depuis la semaine passée, ont engagé une action symbolique hier en fin d’après-midi. Vers 17 h 30, le directeur du site, accompagné de membres de la direction, s’est rendu sur les marches du bâtiment administratif, face à l’entrée principale. Là, un délégué syndical a lu une « lettre de licenciement » du directeur. Un carton avait été apporté pour ranger, symboliquement là aussi, les effets personnels du directeur…

Une discussion s’est ensuite engagée sur place, portant notamment sur les négociations salariales en cours. Ces dernières doivent se poursuivre dans les jours qui viennent. Les salariés mécontents ont annoncé d’autres actions